JE NE VEUX PAS RENTRER

Pula en amoureux : récit de voyage 

Je teste un format d’article un peu plus long: le récit de voyage. C’est une manière pour moi de vous montrer comment j’ai vécu mes vacances tout en notant pour moi même à jamais ce qui s’est passé là bas. N’hésitez pas à me donner votre avis sur la longueur et la qualité du contenu 😉 (PS: pour les intéressés, un article avec les adresses des cafés et restaurants sortira bientot!)

IMG_8651

Premier jour: arrivée à Pula

Pour bien commencer un voyage: partez tôt. Vous êtes surs de pouvoir profiter de votre journée le plus possible… C’est ironique, je peux vous dire qu’après notre réveil à 4h45 nous n’avons pas été très frais. 

Départ pour l’aéroport Charles de Gaulle en taxi car avec un décollage aussi tôt, les transports en communs ne sont pas encore ouverts. On repassera pour les vacances économiques haha ! Plutôt chanceux à l’aéroport, le passage à la sécurité fut très rapide. Par contre je n’ai pas compris notre passage à la douane (passage également à notre arrivée en Croatie ainsi qu’à notre retour). 

L’astuce du jour: si comme moi vous partez régulièrement en vacances grâce à des vols de compagnies low-cost (Easyjet, Ryanair, Transavia..), privilégiez le bagage cabine. Cela reste dans la majorité des cas une taille de bagage raisonnable et vous évite de payer les 30 à 50 euros supplémentaires pour mettre votre sac en soute. Il faut juste être prudent avec les compagnies comme EasyJet qui n’autorisent littéralement QU’UN sac en cabine. Oubliez donc l’idée de laisser le sac à main, le sac de reflex ou votre veste sortie de la valise…  De plus, je dirais qu’au moins 3/4 du temps, les vols de ces compagnies affichent complet et ils ont donc besoin de personnes voulant bien mettre leur valise en soute gratuitement lors de l’embarquement. Si vous faites ce pari, libre à vous de prendre un sac à main ou reflex à côté de votre sac cabine et d’aller voir l’hôtesse avec votre plus beau sourire « Bonjour Madame, je vois que nous sommes beaucoup, auriez vous besoin que nous vous donnions des sacs à mettre en soute? » ! 

Et hop on gagne de la place 😉

Deux heures de vol et une heure cinquante neuf de sieste après, nous voila sur le sol et la chaleur écrasante (oui même à 8h) de Croatie. Pour nous rendre en ville nous avons du retirer des Kunas, que j’ai prononcé « couuunasses » toutes les vacances.. Retirez très peu d’argent à l’aéroport, le taux de change y est catastrophique. Nous avons pris la navette bus qui relie l’aéroport au centre ville de de Pula. Le prix celle-ci est de 30 kunas (4€) par personne. Le chauffeur était très irrité, ne nous encourageant pas forcément sur l’accueil Croate, mais rassurez vous nous avons par la suite compris: beaucoup des chauffeurs de bus croates sont de mauvaise humeur ..

Nous voila très vite à la station de bus de Pula. La ville semble paisible et douce, ce sentiment sera confirmé par la suite. Il fait bon vivre ici, et le tourisme a beau être présent on peut respirer dans cette ville ! On se rend également très vite compte que la ville n’est pas très grande et que nous pourrons tous faire à pied ce qui est un régal ! Grâce à Ena, notre hôte Airbnb a qui nous louons un studio, nous pouvons entrer dans les lieux sur les coups de dix heures et nous nous effondrons pour une sièste de 4 heures. L’appartement est parfait: confortable, en plein centre ville et très équipé. 

C’est reposés que nous nous lancons à la découverte de la vieille ville. L’artère principale est une rue circulaire, qui fait le tour d’une colline sur lequel se troune un ancien chateau. Cette rue est la plus touristique de la ville avec pleins de bars, restaurants, boutiques ouverts jusque 23h ou plus. Elle garde tout de même un certain charme grâce à la pierre et l’architecture. Nous découvrons qu’ici la majorité des cornets de glace sont à 7 kunas (soit moins d’un euro).. si vous aviez vu mon sourire à ce moment la. C’est d’ailleurs la même chose pour ce qui est des patisseries et pizzas, si vous désirez vous nourrir avec un budget raisonnable, c’est très largement possible dans cette ville. Nous avons nous, décidé de cuisiner tous les soirs où nous étions sur Pula. Cela nous a permit premièrement de faire des petites économies sur le budget alimentaire mais également de faire une pause entre les balades de la journée et nos sorties nocturnes. 

Pula m’a rappelé Lisbonne, de par ses collines. Rassurez vous, nous sommes loin des sept montagnes portugaises mais il y a tout de même quelques points de vues sympas qui sont en hauteur. C’est d’ailleurs le soir de notre arrivée que nous avons découvert les Géants de lumières. Comme je vous le disais, la ville a un port industriel assez important, qui s’accompagne d’immenses grues portuaires. La municipalité a donc eu la bonne idée d’équiper ces grues de spots colorés qui s’allument de 20h à minuit tous les soirs.. créant ces chimères géantes qui flottent sur l’eau. Vous pourrez comme nous, observer ce spetacle de la colline du chateau. Encore mieux, si vous payez l’entrée du chateau (30kunas par adulte, ou 20 kunas par étudiant), vous pourrez monter en haut de la tourelle et avoir la même vu que j’ai eu la chance d’avoir, la preuve ci-dessous. De la tourelle vous aurez même une vue sur l’amphithéâtre de Pula, petit frère du Colisée de Rome, que nous n’avons pas visité. 

IMG_8680

IMG_8673

IMG_8670

IMG_8699

Deuxième jour: balade à vélo sous le soleil

Après une quantité de sommeil plus décente que la journée précédente, nous sommes d’attaque pour notre découverte à vélo des alentours de Pula. Nous nous rendons dans la rue Istarska après être tombés devant la porte close de Maremonti Istra (8 rue Flavijesvska) qui semble être fermé depuis très longtemps haha ! La location d’un vélo à Pula coute un peu moins de 100 kunas les 24h. Je découvre après avoir quitté la boutique que mon vélo n’a ni plateau, ni vitesse, je vais donc devoir faire travailler les cuisses.. 

Nous décidons de nous diriger vers les plages de Stoja et de Verudela, notre hôte nous ayant indiqué que c’est la bas que l’on peut se baigner. La ville étant réellement a taille humaine, après une quinzaine de minutes de vélo, nous voila arrivés sur la petite crique de Zelenika. C’est entre les énormes plages des resort de Verudela et les criques sauvages de Stoja et Valovine ! Nous mangons une super salade sur le café longeant la crique puis nous nous jetons à l’eau pour la première fois. Je vous l’avoue.. je l’ai trouvée plutôt froide et suis vite sortie pour m’endormir à l’ombre des pins. C’est un vrai plaisir de se reposer sous ces arbres, l’odeur qu’ils dégagent associés à la douceur du soleil sur la peau en font le cocktail parfait pour une sieste.

Nous partons ensuite sur la route longeant la côte. C’est très agréable car il n’y a presque pas de voiture et la vue sur la mer est saisissante. Nous nous approchons de Verudela et comprenons de quoi parlait notre hôte. Nous nous retrouvons au milieu de complexes hoteliers gigantesques, quasiment de la taille d’un village. 

Après une pause à l’ombre de la marina de Pula, en contrebas de Verudela, nous décidons de rentrer sur Pula, en se disant que l’on trouvera bien le chemin en se dirigeant au hasard. Mal nous en pris: Nous avons monté la rue de la Montée du Paradis. Une rue digne d’un col de haute montagne. Pour visualiser, imaginez deux personnes qui ne font presque pas de sport faire du vélo dans une rue très pentue et très longue sous un soleil de plomb et une température à l’ombre de 34 degrés 😉 Autant vous dire que la descente fut des plus méritées..

Rentrés en début de soirée, nous sommes allés faire nos courses et avons diné avant de ressortir. Nous avons découvert avec surprise la représentation de fin d’année d’une école de majorettes. Etant donné la quantité de jeune filles présentes, entre 4 ans et 25 ans, pour une ville de cette importance, je pense que l’activité de majorette est très développée en Croatie. Nous sommes restés un moment pour les observer, et je crois avoir été autant étonnée par les prouesses techniques des plus vieilles, que par les plus jeunes qui du haut de leur 4 ans mettaient toute leur concentration à imiter leur chef avec leurs couettes de petites filles. 

Après ce moment mignonnitude, nous avons assisté à un spectacle de rue en Italien. Ce théâtre de rue était magnifique, entre les costumes, les échasses, le dragon mécanique géant et les talents des acteurs. Pas besoin de parler cette langue pour comprendre le déroulé de ce conte. 

IMG_8718 IMG_8728 IMG_8737 IMG_8738

IMG_8807 IMG_8795

Troisième jour: découverte de Rovinj

Après avoir ramené nos deux vélos, nous nous dirigeons vers la statio
n centrale des bus. Nous avions décidé de visiter un peu les alentours de Pula car nous savions que la ville en elle même était assez petite. La petite ville de Rovinj à 45 minutes de Pula fut choisie comme destination pour la journée.

Astuce du jour: achetez vos tickets dans les gares routières dans la mesure du possible (plutôt que directement au chauffeur). Et vérifiez vos droits aux bagages car on aura vite fait de vous faire payer un supplément lorsque vous montez dans le bus, si vous devez mettre un bagage en soute. Une fois encore, les chauffeurs nous regardent avec un air de « oh toi petit touriste je vais essayer de t’arnaquer le plus possible ». Dommage pour eux nos billets sont en règle, mais les personnes derrière nous devrons payer un supplément pour je ne sais quoi.. 

Après quelque frayeurs sur la route, le chauffeur n’étant pas très patient et devant être un adepte de Need for Speed, nous atteignons Rovinj, considérée comme le Saint Tropez croate. Nous nous dirigeons vers le centre ville, où nous avions préalablement repéré un super petit restaurant, le Rio Bar (Aldo Rismondo 13, Rovinj, Croatia). L’assiette de macaroni à la truffre d’Istrie était tout simplement délicieuse. Je vous en parlerai plus précisément dans mon article sur les adresses culinaires de Croatie. 

L’estomac rempli nous nous dirigeons vers la vieille ville et comme à notre habitude, nous déambulons dans les petites rues; mes préférés celles très étroites avec le linge étendu. Nous montons en haut de la colline, la ville étant située en son flanc. De son sommet, la vue sur Rovinj et la mer est magnifique et on trouve la jolie église de Sainte Euphémie (Sveta Eufemija). Je n’ai pas particulièrement été éblouie par la décoration intérieure mais je trouve que son architecture extérieure est assez imposante. 

La chaleur est toujours présente et nous tombons sur une scène très anecdotique en redescendant la colline. Les chats sont ici tellement engourdis par la chaleur qu’une mouette voleuse tente une approche en direction de la gamelle du félin. C’est sous les regards ahuris des touristes et du chat qui s’en moque royalement, que la mouette vient se nourrir dans son ramequin..

Nous trouvons un peu de fraicheur dans les petites ruelles de Rovinj ou nous découvrons un petit café, Le Limbo, dont les tables sont simplement posées sur les escaliers de la ruelle.. L’adresse est très agréable je vous la conseille 😉 

Pour attendre l’arrivée de notre bus, nous allons nous poser sur le port et observons avec attention l’arrivée d’un énorme voilier à la coque et au mat d’un noir puissant. Tous les gestes des skipers sont méticuleux et rapides, c’est presque comme regarder un ballet. Lorsque l’amarrage est terminé et que les marins semblent avoir un peu plus de temps, je me risque à poser à l’un d’entre eux quelques questions: est-il possible de travailler sans expérience de la mer sur de tels navires? Faut-il des diplômes spécifiques? Où me diriger? A quoi dois-je m’attendre? Ce sympathique britannique m’explique qu’avec de la motivation il est effectivementpossible de trouver des postes sur des gros yatchs ou des voiliers comme le leur. La première expérience est la plus dure car il faut convaincre les propriétaires du bateau que l’on saura se débrouiller. Il m’explique que le mieux est soit de se diriger dans des agences de placement d’équipiers ou de s’armer de son CV et d’aller dans les plus grosses marinas européennes (Antibes ou les Canaries). Enfin pour ce qui est des saisons, j’apprend que celle ci commence en avril pour se finir en octobre. Encore une rencontre qui me donne des nouvelles envies de voyage…

Rentrés à Pula, nous dinons en vitesse avant de rejoindre les (quelques) compatriotes français en terrasse de la vieille ville pour regarder le match des huitièmes de finale: France – Islande. Nous arrivons un peu tard, la France mène déjà le match. Si elle a gagné ce soir la ce n’est en tout cas pas grâce aux supporters présents à Pula… Je pense que nous devions être une petite dizaine de français à regarder le match haha ! 

IMG_8875 IMG_8890 IMG_8891 IMG_8902 Copie de IMG_8908 IMG_8912

 

IMG_8926

 

IMG_8935 IMG_8975 IMG_8979

Quatrième jour: on lézarde au soleil..

Pour notre dernier jour à Pula, nous décidons de prendre le bus pour aller à la plage de la Stoja. C’est comme je vous le disais le coin le plus « sauvage » pour se baigner dans les alentours de Pula. Bien entendu, il y a quand même un camping et un marchand de bouée/glaces.. mais si vous vous éloignez sur le sentier et que vous passez comme nous du côté de la crique Valovine, vous vous retrouverez plus ou moins seul.

Ces petites criques sont éloignées de la ville et pleines de charme malgré les douleurs aux pieds qu’elle vont vous procurer. La vue est imprenable et la mer est d’une température exquise pour survivre sous cette chaleur de plomb. Quand aux contrastes offerts par la roche, ils sont formidaux. Nous avons eu la chance d’être peu, mais je ne saurais vous dire si c’est le cas tout au long de la haute saison.

Ce qu’il faut savoir pour la Croatie (en tout cas pour les spots où nous nous sommes baignés à Pula et Zadar) c’est qu’il y a rapidement beaucoup de profondeur. De plus, le sol est jonché de gros galets et cailloux coupants. Les locaux sont donc équipés de chaussures d’eau et vous pouvez en trouver partout (de types crocs). J’ai quand a moi trouvé une solution plus ludique: je plonge ! J’ai aussi acheté une bouée qui permet de rester des heures dans l’eau pour profiter du soleil sans avoir trop chaud ET aussi parce que je suis une feignante qui ne voulait pas nager.

Minute info du jour: Il y a beaucoup de touristes nudistes. Ce fut étonnant dans un premier temps, mais la bas tout le monde est si respectueux que l’on s’y fait rapidement.

Après une journée à faire les lézards sur les rochers de Valovine, nous rentrons fatigués par le soleil et avons la chance de profiter d’un concert de Jazz pour notre dernière soirée sur place. Le reflex n’ayant plus de batterie à ce moment la, vous n’aurez malheureusement aucune photo de celui ci. Les évènements de l’été ont majoritairement lieu dans l’artère principale de Pula, Ulica sergijevaca, la rue circulaire autour de la colline du chateau. On trouve plusieurs cafés et restaurants sur les places dispersées dans la rue, d’où il est possible d’écouter les concerts, ou regarder les spectacles etc..

IMG_8995 IMG_9033 IMG_9119 IMG_9127
IMG_9230

Décollage pour Zadar

Une habitude commence à se faire sentir puisqu’avant notre vol pour Zadar la nuit sera une fois de plus très courte. En effet, rentrés tard du centre ville, nous devions encore préparer nos bagages et être prêt pour 4h45. C’est donc avec une heure de sommeil dans le cerveau que nous retrouvons le taxi (n°12) commandé la veille qui nous déposa à l’aéroport. Nous apprîmes que le chauffeur faisait des études et que pour les financer, il travaillait de mai à octobre en tant que chauffeur de taxi à Pula toutes les nuits et 7j/7. Une détermination pareille, je peux vous dire que ça donne une leçon. 

Arrivés à l’aéroport, nous découvrons le hall des départs qui est minuscule. L’aéroport ne semble pas avoir un très grand trafic et nos doutes sont confirmés lorsque l’hôtesse qui nous a enregistré procède également à notre embarquement dans l’avion: Nous sommes le SEUL avion à décoller ce matin. 

C’est un peu inquiets que nous montons dans l’avion pour Zadar. Nous venons de voir qu’il s’agit d’un vieux coco à hélice pas du tout rassurant… Finalement le décollage se passe bien et à peine avons nous atteint notre altitude de croisière que nous entamons la descente pour l’atterrissage. C’est un vol de 35 minutes que nous venons de prendre et je pense que c’est le plus court que j’ai jamais fait. Nous apprendrons finalement par nos parents respectifs en rentrant de Croatie que les avions à hélice sont les plus costaud et les plus fiables, et que nous sommes « chanceux » d’avoir volé dans ces engins, comme quoi 😉 

Nous voila donc arrivés à Zadar… Mais ca c’est une autre histoire !

Pour ce qui est de nos découvertes culinaires, des plats locaux testés, des anecdotes gustatives etc.. un petit article est en préparation et sortira bientot ! 

Pour décrire Pula en quelques mots je dirais que c’est la ville parfaite pour se reposer dans un cadre paisible, chaud et avec la mer proche. Vous ne serez pas dans une grande capitale avec le trésor culturel souvent lié, et le bord de mer proche est assez industriel…. Cependant, vous êtes dans une petite ville qui a du charme, qui a tout ce qui est nécessaire pour avoir de bonnes vacances et qui possède de magnifiques criques dès lors que l’on s’éloigne lé
gèrement du centre ville ! 

Si vous avez déjà visité Pula et que vous avez fait une visite que nous avons manqué, ou que vous allez y aller bientôt et que je n’ai pas répondu à vos interrogations, n’hésitez pas à commenter cet article ou à poser votre question sur Facebook, je vous répondrai au plus vite (:

pula ponton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

About Me


Rêveuse de 21 ans, j'aime prendre mon sac à dos et mon reflex pour aller découvrir de nouvelles contrées et leurs cultures. J'aime aussi goûter de nouveaux plats et le fromage. Beaucoup de fromage...

Instagram

  • #jackytatouages10k  je participe ❤️❤️❤️
  • In ❤️ with Portugal.. #travel #Porto
  • En mode chapeau 😎☀️
  • 🚲☀️🇵🇹
  • Day 1 ☀️🏖️
  • Summertime 🌙
  • Be careful babe cause i got my licence 😎⚠️
  • C'est parti pour de nouvelles aventures avec les copines 🏖️✈️🇵🇹(cc @pinel_v ) #roadtrip #portugal #colocsenvacances #travelgram #picoftheday #instamoods
  • Parce qu'on est des canards 🦆🎂💏